⁕ roman contemporain, ❤ Coup de cœur ❤

« D’acier » de Silvia AVALLONE

Liana Levi éditions – 400 pages – Poche –

💖💖💖💖💖

Après avoir lu la chronique de Virginie sur ce roman j’en avais fait une capture d’écran pour l’acheter et voilà qu’à Noël je le reçois en cadeau. Je ne saurais comment te remercier Virginie! Un énorme coup de cœur, un récit dont je me souviendrais car cette vie de quartier c’est mon enfance, adolescence (sans les usines d’acier mais avec la raffinerie de Feyzin)… Que d’émotions et d’empathie pour ces familles!

▶ « Via Stalingrado », Italie du Sud, et ses barres d’immeubles, la méditerranée, et, en face, l’île d’Elbe : un autre monde! Elles ont 13 ans et une furieuse envie de vivre, une amitié soudée, les principaux moments de joie et de rire sont dehors. Anna la brune et Francesca la blonde vivent le présent, elles se cherchent, testent, elles sont belles et rayonnantes et tout est à découvrir.

Dans ce coin d’Italie, gris, poussiéreux, ce sont les usines d’acier qui font vivre ces familles. Des parents absents ou trop présents! Deux rayons de soleil au milieu de cette cité et quelques grains de poussières qui s’insinuent entre elles… Elles ont des rêves, des projets, et comme dans tout ce milieu de misère, certains s’en sortent d’autres moins ou pas du tout.

Jeune auteure, Silvia Avallone nous dévoile son premier roman qui est une merveille. Je n’ai pas mis longtemps à lire ces quelques 400 pages. Poignant, bouleversant, un roman contemporain à vif, une ambiance captivante, des personnages criants de vérité et captivants sans mièvrerie, un final qui m’a achevée… Merci Virginie!

Il y a la Méditerranée, la lumière, l’île d’Elbe au loin. Mais ce n’est pas un lieu de vacances. C’est une terre sur laquelle ont poussé brutalement les usines et les barres de béton. Depuis les balcons uniformes, on a vue sur la mer, sur les jeux des enfants qui ont fait de la plage leur cour de récréation. La plage, une scène idéale pour la jeunesse de Piombino. Entre drague et petites combines, les garçons se rêvent en chefs de bandes, les filles en starlettes de la télévision. De quoi oublier les conditions de travail à l’aciérie, les mères accablées, les pères démissionnaires… Anna et Francesca, bientôt quatorze ans, sont les souveraines de ce royaume cabossé. Ensemble, elles jouent de leur éclatante beauté, rêvent d’évasion et parient sur une amitié inconditionnelle pour s’emparer de l’avenir.

✨✨✨

Silvia Avallone, avant d’étudier la philosophie à Bologne, a vécu en Toscane, à Piombino, la ville industrielle qui sert de toile de fond à D’acier. A 25 ans à peine, ce premier roman la propulse en tête des meilleures ventes en Italie. Célébré par la critique, traduit dans 12 pays, en cours d’adaptation au cinéma, D’acier a été finaliste du prix Strega et couronné par le Campiello Opera Prima.

Via Zero.eu

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s