⁕ Nouvelle noire, ⁕ Roman noir

« Chambres noires » de Karine GIEBEL

Lecture de mars 2021 ➡

De Noyelles éditions – 272 pages – Broché –

🌸🌸🌸🌸

Recueil de huit nouvelles noires, voire très noires! ! J’en ai lu cinq, les premières, car les trois dernières je les avais déjà lues dans les collectifs de « 13 à table! » Les quatre premières ont des titres de films, la cinquième tombe comme une « sentence », fatale. Connaissant déjà les autres romans de l’auteure je savais où j’embarquais, et c’est avec délectation que j’ai lu ce livre.

🌸 Le vieux fusil – Ha la justice! je l’ai beaucoup aimé cette nouvelle -lire entre les lignes – je n’en dévoilerai rien, en voici deux extraits :

« Le sermon de ce matin, Martin ne l’a pas supporté. Il a été obligé de remettre Lucie à sa place. De lui rappeler qui rapporte le fric à la maison. Sa maison »

 » – Parfais. Reprenons… Il y a six ans, cinq mois et quatre jours, vous avez été présenté devant la chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Clermont-Ferrand, qui vous a condamné à dix-huit mois de prison dont douze avec sursis. À la suite de cette condamnation, le juge d’application des peines a aménagé votre sanction et vous n’avez, au final, exécuté que deux mois de prison ferme. Est-ce exact, monsieur Dorgeval?

🌸 L’armée des ombres – Mathilde travaille mais mange et dort dans sa voiture. Elle est la maman de Chloé, petite fille qui ne voit sa mère qu’à la sortie de l’école et le week-end, dans l’attente d’un logement, sa fille dort chez sa tante;  et Rosetta collègue de travail, qui elle, nourrit ses enfants et sa mère avec son maigre salaire dans un logement insalubre qu’elle loue à son employeur. Un nouvelle très triste mais très réelle!

« Mathilde sait qu’elle ne devrait pas. Mais comment lui dire la vérité? Comment lui avouer que sa mère n’est pas capable de subvenir à ses besoins élémentaires? – Allez, trouvons-nous de bons nems! Lance Mathilde en prenant la main de sa fille. Je meurs de faim. Mentir et voler. Je n’aurais jamais pensé qu’un jour… »

🌸 Un monde parfait – C’est avec Alex, Julie et leur fils Dylan que l’on part en voyage. Réalité ou rêve, c’est la question que je me suis posée pendant la lecture de cette nouvelle, mais la fin m’a bien eue. Noire, très noire.

🌸 Au revoir les enfants – C’est la nouvelle de ce recueil qui m’a le plus chamboulée. Yvonne a quatre-vingt-seize ans et vit dans un EHPAD. Elle nous raconte ses journées et sa vie d’avant, pleine de joie, d’amour, d’humilité, elle a vécu la guerre aussi; jusqu’au jour où un virus fait son apparition!

« J’ai vu tomber mes compagnes, les unes après les autres. Je les ai vues lutter pour leur vie, parfois renoncer. J’ai enduré les hurlements effroyables des enfants qu’on précipitait vivants dans les fours, un jour où il n’y avait plus assez de zyklon B dans les chambres à gaz. j’ai connu la soif, la faim, la peur… »

🌸 Sentence – Aryana et Kumail s’aiment, mais malheureusement, chez eux, c’est interdit par la loi des hommes de leur village. Ce texte aussi m’a bien tordu l’estomac!

Pour ceux et celles qui ne connaissent pas encore cette auteure c’est un bon moyen de  l’approcher, pour les adeptes de romans noirs foncez mais ne vous perdez pas!

✅ Présentation

Après D’ombre et de silence, Karine Giebel offre un nouveau recueil de textes noirs, humains, bouleversants et engagés.

Il y a des soupirs, des souvenirs et des sourires.
Il y a ces jours sans fin et ces nuits sans chaleur. Cette sensation d’être sale, d’être rien, moins que rien.
Ces dangers qu’on n’a pas vus venir, ces risques qu’on n’a pas osé prendre. Ces tentations auxquelles on n’a pas eu la force de résister.
Il y a ces mauvais héritages, ces mauvais choix, mauvaises pentes, mauvais départs.
Il y a ce manque de chance.
Il y a cette colère, ce dégoût.
Il y a…
Des fois où on préférerait être mort.

Voilà ce qu’on découvre dans les Chambres noires de Karine Giebel, recueil de quatre nouvelles inédites dont les héros, ou anti-héros, incarnent et dénoncent tour à tour les manquements de notre société. Quatre histoires pour lesquelles l’auteure emprunte les titres de grands films qui l’ont marquée.
Après D’ombre et de silence, elle nous offre un nouveau recueil tout en noir, humain, engagé, bouleversant, qui agit comme un révélateur, nous faisant ouvrir les yeux sur le monde en dépit de son opacité et de sa noirceur.
À la fin de l’ouvrage, en bonus, trois nouvelles déjà parues dans Treize à table ! (Pocket) au profit des Restos du Cœur ainsi que Sentence, nouvelle écrite en plein confinement et publiée dans Des mots par la fenêtre (12-21) au profit de la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France.

3 réflexions au sujet de “« Chambres noires » de Karine GIEBEL”

  1. Je ne comprends pas tout. Il y a finalement combien de nouvelles dans ce livre appelé « chambres noires » ?
    Vous dites que c’est un recueil de 8 nouvelles noires voire très noires au début de l’article, à la fin vous dites qu’il y a quatre nouvelles inédites, et les titres mentionnés sont au nombre de cinq !!! Dans Amazon un lecteur avait mis dans les commentaires qu’il y en avait trois de rééditées. Est-ce que ça veut dire qu’elles se trouvent déjà dans un autre livre de nouvelles et que ça ferait doublon ? donc en grand combien y en a t-il ???????????????? C’est un peu confus.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s