⁕ Fantastique

« La fille du diable » de Jenni FAGAN

Éditions Métailié – 352 pages – Broché –

👻👻👻👻👻

Un excellent roman fantastique où magie, sorcellerie, humour décalé, féminisme se côtoient au fil des années et des étages de cet immeuble au n°10 de l’allée Luckenbooth. Un grand merci à  Emilie, j’ai eu beaucoup de plaisir à jeter un œil au travers de chaque appartements, chaque occupants de ce lieu atypique, extravagant, avec la fille du diable.

Jessie a 21 ans en 1910 lors de son entrée au 10 allée Luckenbooth Close à Edimbourg. Du sous-sol au dernier étage et jusqu’en 1999, chacun des chapitres nous entrainent sur différentes années, avec des personnages variés, sur 5 étages. L’histoire commence donc avec Jessie, que son père a vendu au propriétaire, homme riche dont la femme est stérile. Devinerez-vous la suite?

« L’arrivée – Le corps de mon père fixe les houles de l’Atlantique Nord. Yeux gris. Cils ornés de perles de pluie. Des globes minuscules pour refléter notre monde tout entier. Des primevères et des scilles maritimes dansent à ses pieds. Son corps est coincé dans une crevasse. La grève est jonchée de débris laissés par la tempête… »

Le style est très riche, les personnages hors norme, le lien ténus en sera le drame que Jessie a supporté et qui perdurera. Les thèmes en sont la luxure, la drogue, l’Histoire de l’Ecosse, la malédiction, la sorcellerie, l’amour et bien sûr les femmes. L’imagination débordante de l’autrice m’a beaucoup amusée et captivée. Je n’ai pas mis longtemps à lire ce récit imaginaire et fantastique où même l’immeuble à sa part entière de charme sournois.

Un roman original, mystérieux, diablement intéressant où l’ennui n’existe pas! Le résumé nous donne certaines informations sur les occupants du lieu, peut-être un peu trop!

1910. Une jeune femme arrive au port d’Édimbourg. Elle est à bord d’une petite embarcation, elle rame sur un cercueil. Elle porte un bonnet qui cache deux petites cornes étincelantes. Elle doit se rendre au n°10 de l’allée Luckenbooth où se dresse l’un des plus hauts immeubles de la ville. Son père l’a vendue au propriétaire, l’un des hommes plus riches de la ville, pour porter son enfant car sa femme est stérile. Mais rien ne se passera comme prévu et l’immeuble et ses habitants subiront les conséquences d’une malédiction pendant cent ans.
Avec puissance et profondeur, Jenni Fagan nous raconte la vie d’un immeuble, d’une ville et du xxe siècle du point de vue des outsiders qui y ont vécu, étage par étage, décennie après décennie. Un roman unique, noir et exubérant où les oubliés sont au cœur de l’Histoire, à la croisée des excès du capitalisme et des revirements de l’amour et du désir.
Alternant grands évènements et détails infimes, étonnants et merveilleux, nous suivons un taxidermiste obsédé par la création d’un squelette de sirène, une médium sexagénaire au sommet de son art, la chef d’un gang en guerre contre les triades hong-kongaises, un mineur au chômage allergique à la lumière, une espionne fascinée par les aviatrices, des femmes brisées ou battantes, une ourse polaire et la fille du Diable en personne.
Ce roman est un hommage au pouvoir de l’imagination, au courage des survivants et à la force vitale de l’art narratif. Une espèce de La Vie mode d’emploi en version punk et féministe, Un Immeuble Yacoubian fantastique, repère de fantômes, poètes et sorcières. Un livre unique et étincelant.

2 réflexions au sujet de “« La fille du diable » de Jenni FAGAN”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s