⁕ NetGalley, ⁕ Roman noir, ❤ Coup de cœur ❤, drame psychologique

« Nos âmes au diable » de Jérôme CAMUT et Nathalie HUG

Fleuve Noir – 356 pages – Kindle –

🖤🖤🖤🖤🖤

Bluffant, déstabilisant, deux auteurs qui a chaque fois m’entrainent dans une histoire des plus noires. À chaque fois je me dis : il y a beaucoup de pages j’en ai pour un moment, et, miraculeusement je l’ai lu en deux fois. Il en faut du temps pour poser un récit pareil, que tout soit accordé, lié, pour que le lecteur accroche. Surtout lorsque l’on est adepte du noir. Ici, c’est dans un autre monde qu’ils nous emmènent, une histoire à ne pas prendre à la légère… Je pense que le diable prendrait ses jambes à son coup devant tant de cruauté psychologique. Et j’ai adoré!

Sixtine, 10 ans, passe ses vacances chez ses grands-parents avec son père sur l’Ile d’Oleron, lieu de prédilection des auteurs, sa mère est très prise par son travail qu’elle affectionne. Mais voilà, cet été là, rien ne se passe dans la douceur, les joies de la baignade ou des promenades.

Sixtine disparait, un tueur multirécidiviste sévit, le corps de cette enfant ne sera jamais retrouvé. Jeanne, sa mère, pour qui la vie s’est écroulée, ne perd pas espoir. Faire le deuil de sa fille est inacceptable. Des faits réels d’enfants enlevés et jamais retrouvés sont avérés. Les années passent, elle aura à ses côté D, qui sera le fil conducteur du roman. Pour la suite de l’histoire je vous propose de la découvrir par vous-même!

Je remercie vivement #NetGalleyFrance et les éditions #FleuveNoir pour cette lecture. Oh combien surprise lorsque ma demande a été acceptée et très heureuse de pouvoir lire ce livre. Deux auteurs que j’ai déjà adopté avec la série « Les voies de l’ombre », « Islanova », « Rejoins-nous dans l’armée du 12 octobre » et pour Nathalie « L’enfant-rien », quelques pépites à lire.

Il vaut parfois mieux ignorer la vérité…Mi-juillet, Sixtine, dix ans, disparaît sur une plage de l’île d’Oléron. Pour Jeanne, sa mère, c’est tout son monde qui s’écroule. Elle s’en veut d’avoir été trop accaparée par son métier. Elle en veut à son mari, qui aurait dû surveiller leur petite brune aux yeux bleus, mais qui a failli, trop occupé à donner un énième coup de canif dans leur contrat de mariage.
Lorsque les recherches conduisent finalement à un multirécidiviste connu par la justice pour le viol de quatre fillettes, Jeanne comprend que rien ne sera jamais plus comme avant. Et son travail de résilience s’annonce d’autant plus long que le corps de Sixtine n’a jamais été retrouvé.
Une absence qui laisse planer comme une incertitude… Et si la vérité s’avérait plus sordide et glaciale encore que la mort d’un enfant ?

4 réflexions au sujet de “« Nos âmes au diable » de Jérôme CAMUT et Nathalie HUG”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s